Mouvement nationaliste genevois

Archives de juillet, 2013

MVSSOLINI DVX

Mussolini

XXIX IULIUS MDCCCLXXXIII

Le dernier Empereur Romain est né en Juillet, le mois de Caius Julius Caesar. Une coïncidence, qui n’en n’est peut-être pas une au fond, rajoutant au mythe de Benito Amilcare Andrea Mussolini, Duce de l’Italie.

Quand on se tourne vers le Duce, l’on se tourne également sur une époque révolue, piétinée et honnie. Regrettée, aussi, par certains irréductible monstrueux mangeurs d’enfants. Ces fous tragiques auxquels nous appartenons ne peuvent que souhaiter le retour, sous une forme ou une autre, d’une telle époque. L’époque des grands, l’époque des héros. Le terme de « héro » est à ce jour un mot qui a perdu tous son sens d’origine. Il suffit de voter à gauche, de nos jours, pour être un héro !

Par héro nous entendons le sens le plus antique de la condition héroïque, la vision la plus virile de l’être à part, celui qui se démarque du commun des mortels et qui devient un modèle pour son entourage et pour les générations futures. Des héros, il y en a eu des toutes sortes au cours de l’Histoire de l’Europe et de son peuple. Des hommes qui ont influencés des nations entières, et d’autres d’envergure plus modeste. Certains sont toujours célébrés de nos jours, d’autres sont tout bonnement oubliés. Des Jeanne d’Arc célébrées et aimées, ou des mystiques et légendaires Barons Fous Ungern-Sternberg.

tumblr_mnaaq32snM1rqznemo1_500

Benito Mussolini était le genre de héros titanesques au nombre plus que réduit. Au rang d’un Caesar, d’un Napoléon et d’un peintre de l’Empire austro-hongrois au nom interdit, encore plus interdit que le nom de Mussolini. Ces titans, ces demis-dieux ont marqué le monde au fer rouge, chacun de son emprunte propre.  Les accomplissements du Duce ne se sont pas traduits par des batailles et des conquêtes légendaires, bien que le courage et la valeur dont ont fait preuve les soldats italiens n’est pas à prouver. En revanche, nous devons au Duce un des plus beaux mots qui soit, au travers duquel des dizaines d’autres magnifiques mots ont découlé : Le Fascisme.

Le Fascio, l’union de toutes les forces de la nation en un faisceau éclatant. Nous le devons à ce fils de forgeron. Comme la plupart des héros, la grandeur de leur existence se reflète dans leurs horribles fins. Julius Caesar mourut assassiné par le fils adoptif qu’il aimait tant, Napoléon termina sa glorieuse vie dans une lente agonie loin de sa France adorée, tandis que la fin du peintre austro-hongrois ne rendit guère justice à l’oeuvre de sa vie. La fin de Benito Mussolini fut marquante pour sa brutalité inhumaine. Les quelques images du corps du Duce, que nous ne retransmettrons pas, sont éloquentes d’horreur et d’ignominie. Les grands héros sont aussi les grands martyres de notre peuple tout entier.

Mais aujourd’hui, il n’est pas question de mort mais de naissance. Ayez une pensée pour cet homme qui avait rêvé d’un monde meilleur pour nous. Regardez dans le passé, pour mieux avancer vers l’avenir.

tumblr_mqh345VWu71rnap40o1_500

Publicités

Ettore Muti, héros emblématique de tout un peuple

 

Ettore Muti (Ravenne en 1902-Rome 23 août 1943), hiérarque fasciste.

À 13 ans, Ettore Muti fut renvoyé de toutes les écoles d’Italie pour avoir frappé l’un de ses enseignants. L’année suivante, il s’échappa de la demeure familiale pour aller s’engager dans les unités italiennes qui participaient à la première guerre mondiale. Pris par les carabiniers et rendu à ses parents, il réitérera sa tentative l’année suivante et rejoignit les fameux Arditi; il n’avait alors que 15 ans.

Au front, il fit preuve d’une grande audace. Son régiment, fort de 800 hommes, reçut l’ordre de construire un pont sous le feu ennemi. Il réussit sa mission mais seulement 23 personnes survécurent à cette journée. Muti était de ceux-là. Après la guerre, il rejoignit Gabriele d’Annunzio pour participer à la prise de Fiume. D’Annunzio dira de lui qu’il incarnait l’idéal du « surhomme » et lui donna le surnom de Gim dagli occhi verdi (Jim aux yeux verts).

À cette époque, Muti rencontra Benito Mussolini et lui voua immédiatement une admiration sans borne. Il rejoignit le mouvement fasciste à sa création et le 29 octobre 1922, il représenta les squadristes de Ravenne lors de la marche sur Rome. Il aura désormais dans l’État fasciste le rôle d’organiser les Milizia volontaria per la sicurezza nazionale, les « chemises noires ».

Avec sa vie d’aventurier, et son goût pour les sports mécaniques, Ettore Muti devint une icône du fascisme.

En 1926, il épousa la fille d’un banquier, union qui donna naissance à sa fille unique, Diana, en 1929. En septembre 1927, il échappa de peu à une tentative d’assassinat par un activiste de gauche. Blessé par balle au bras et à l’abdomen, pendant de nombreux jours sa vie ne tint qu’à un fil.

Une fois remis, il rejoignit l’armée de l’air italienne pour poursuivre sa nouvelle passion, le pilotage. Il accepta d’être rétrogradé au rang de lieutenant afin de pouvoir entrer dans cette arme. C’est pendant la campagne d’Abyssinie en 1935-1936 que son talent de pilote lui valut la médaille du mérite. Il rejoignit ensuite les volontaires italiens en Espagne pour combattre au côté des troupes nationalistes. Il commanda l’escadron aérien italien, ce qui lui valut plusieurs médailles pour sa bravoure. Il revint en Italie en 1938 avec un nouveau surnom « le Cid ailé ».

En 1939, Muti devint un des dirigeants du Parti national fasciste. Pourtant ce héros, l’un des plus décorés d’Italie, repartit en campagne dès le début de la guerre luttant sur le front français puis participant à la bataille d’Angleterre avec le rang de lieutenant-colonel.

En 1943, Muti rejoignit les services de renseignements militaires. Le 25 juillet, lors du coup d’État pro-allié, Muti se trouvait en Espagne. Il revint à Rome le 27 juillet et se cloîtra dans sa villa. Le 23 août, il fut arrêté par des carabiniers puis emmené dans une forêt proche de sa résidence où il fut assassiné car Pietro Badoglio, l’auteur du coup d’État, le considérait comme une menace qui devait être éliminée.

Après sa mort, Muti devint un héros emblématique de la République sociale italienne et son nom fut donné à un escadron de bombardiers (Squadra di Bombardamento Ettore Muti) et à un bataillon des Chemises noires (Battaglione Ettore Muti della Brigata Nera Mobile Achille Corrao) qui devint la Legione Autonoma Mobile Ettore Muti le 14 septembre 1943.

via Metapedia

.

 (Source: http://konigsberg.centerblog.net )


MONTENEGRO – Incidents lors de la première Gay Pride

Environ 200 manifestants anti-homosexuels ont tenté de perturber mercredi la première Gay Pride jamais organisée au Montenegro.

Les protestataires ont lancé des pierres, des bouteilles et des objets enflammés sur les policiers qui protégeaient le défilé d’une quarantaine de militants homosexuels, habillés aux couleurs de l’arc-en-ciel.

“Tuez les gays” scandaient les anti-homosexuels qui arboraient des banderoles appelant à “un Montenegro sain”. En Croatie voisine, qui vient d’adhérer à l’Union européeenne, la Gay pride est entrée dans les moeurs. Le Montenegro a entamé l’an dernier des pourparlers pour faire partie de l’UE.

Pour répondre aux critères européens sur les droits de l’homme, il a adopté une loi interdisant toute discrimination sexuelle. Selon un récent sondage, deux-tiers des Monténégrins estiment que l’homosexualité est une maladie et 80% pensent qu’elle ne devrait pas être affichée publiquement.

Selon des sondages, 70% des Monténégrins considèrent toujours l’homosexualité comme une maladie.

(Source: Euronews et Nouvel Observateur)


BERNE – Agressions et violences de l’extrême gauche en marge de la Reitschule

La police est restée sur les lieux jusque vers 5h.

Des affrontements se sont produits dans la nuit de samedi à dimanche autour du centre culturel autonome Reitschule à Berne.

Des individus masqués ou cagoulés ont lancé des engins pyrotechniques contre des passants à la Reitschule dans la nuit de samedi à dimanche, tandis que la police a fait usage de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène.

Des automobilistes et les clients d’un établissement proche ont été visés par des jets de bouteille, des tirs de fusées et autres pétards, a annoncé la police cantonale bernoise dimanche.

A l’arrivée des forces de l’ordre, celles-ci ont été accueillies notamment par des cocktails molotov. Des bennes à ordures ont été incendiées, du matériel de chantier renversé et des voitures endommagées. La police est restée sur les lieux jusque vers 5h.

Source: ATS


RUSSIE – Poutine appelle la communauté internationale à se soucier de la persécution des minorités chrétiennes

Pendant que l’Occident se tait, ou soutient les oppresseurs, Poutine se fait le défenseur de la chrétienté d’Orient.

  Russie-poutine

__________________________

La violation des droits des minorités religieuses, y compris des chrétiens orthodoxes, au Proche-Orient et en Afrique doit être au centre de l’attention de la communauté internationale, a déclaré jeudi à Moscou le président russe Vladimir Poutine.

«C’est avec angoisse et douleur que j’observe la montée des tensions interreligieuses, la violation des droits des minorités religieuses, y compris des chrétiens orthodoxes, dans de nombreux pays, surtout au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Je considère que la communauté internationale doit accorder une attention soutenue à ce problème grave», a indiqué M.Poutine lors d’une rencontre avec les chefs des Eglises orthodoxes de plusieurs pays réunis à Moscou.

Le chef de l’Eglise orthodoxe russe, le patriarche Kirill, a déclaré lors de cette rencontre que la tentative de chasser les chrétiens de Syrie conduirait à une «catastrophe civilisationnelle». Le patriarche a rappelé que la Syrie est le berceau du christianisme et que l’assassinat et l’épuration des chrétiens dans le cadre du conflit armé est une tragédie pour l’Église orthodoxe, la culture internationale et les gens ordinaires.

«La Russie a une grande expérience de règlement des conflits et de maintien de la paix interconfessionnelle. Elle est prête à partager cette expérience avec les autres pays», a conclu M.Poutine.

Les chefs d’Eglises orthodoxes locales se trouvent à Moscou dans le cadre des festivités consacrées au 1025e anniversaire de la christianisation de l’ancienne Russie. Ils partiront ensuite en Ukraine et en Biélorussie. Les quinze Églises orthodoxes réunies comptent plus de 225 millions de fidèles.

Sources : RIA Novosti, 28 juillet 2013 et Russia Today


HONGRIE – La Hongrie dit adieu au FMI

Nouvelles pressions européennes sur la HongrieLe gouvernement conservateur hongrois dirigé par Viktor Orbán (photo ci-contre) a annoncé qu’il rembourserait avant la fin de l’année, avec un trimestre d’avance, la dernière tranche de 2,2 milliards d’euros du prêt de 20 milliards accordé par le FMI au gouvernement de la coalition socialiste-libérale en 2008. La Hongrie avait alors été le premier pays de l’Union européenne à obtenir un prêt du FMI. En 2011, après des négociations infructueuses entre le gouvernement du Fidesz et le FMI, la Hongrie avait décidé de ne pas renouveler ce prêt et de se débrouiller seule pour remonter la pente après la gestion désastreuse de ses prédécesseurs. Viktor Orbán avait ouvertement critiqué les conditions que le FMI voulait imposer à la Hongrie et il s’en était pris à l’institution internationale pour sa politique en Grèce, à Chypre et en Espagne. Aujourd’hui, la Hongrie a renoué avec une croissance modeste, le chômage y est en légère baisse, à 10,5%, et la Commission européenne a abandonné en juin sa procédure pour déficits excessifs puisque le déficit des finances publiques a été ramené par le gouvernement du Fidesz en dessous de la barre des 3% du PIB. Le FMI a d’ailleurs reconnu lui-même récemment que ses politiques menées de concert avec l’Union européenne avaient contribué à aggraver la situation dans les pays d’Europe qui ont eu recours à son « aide », notamment en Grèce.

Les résultats économiques positifs obtenus par le Fidesz en Hongrie devraient inciter les gouvernements européens à la réflexion plutôt qu’à la critique car ils ont été accompagné d’une baisse drastique de l’impôt sur le revenu ramené à 16% quel que soit le niveau de revenu (principe de l’impôt linéaire, non progressif), d’un allégement de la fiscalité sur les PME et de la mise en place d’une politique familiale de grande ampleur : allègements fiscaux importants dès le premier enfant, et dont l’importance s’accroît en proportion du nombre d’enfants quel que soit le niveau de revenus, et également de nombreuses aides financières et matérielles. Par ses mesures en faveur des familles introduites successivement depuis l’arrivée au pouvoir du Fidesz en 2010, le gouvernement conservateur hongrois souhaite réagir au désastre démographique auquel fait face le pays, avec un taux de fécondité de 1,21 enfant par femme en 2011 !

Pour compenser les pertes du budget, le Fidesz a accru la fiscalité de crise sur les grosses multinationales et notamment sur le secteur bancaire, le secteur des télécommunications, le secteur énergétique et la grande distribution. Le secteur bancaire en Hongrie, qui est aux mains des grandes banques internationales, est l’un des plus lourdement imposés en Europe. En dépit des cris d’alarme lancés par la gauche hongroise et européenne, la fuite des investisseurs n’a pas eu lieu après ces mesures de crise. Le constructeur automobile allemand Mercedes-Benz y a même inauguré une nouvelle usine l’année dernière, sa première nouvelle usine depuis 15 ans. La Hongrie se finance aujourd’hui seule sur les marchés et peut donc se payer le luxe de remercier le FMI et de lui faire savoir que son bureau de Budapest n’a plus lieu d’être.

Conscient que sa révolution fiscale et sa politique familiale ne peuvent être efficaces qu’en garantissant stabilité et visibilité sur le long terme, le Fidesz a mis à profit sa majorité des deux tiers au Parlement hongrois pour changer la constitution héritée du régime communiste et pour inscrire sa nouvelle fiscalité et ses mesures de soutien aux familles dans des lois « cardinales » rendues possibles par la nouvelle constitution, c’est-à-dire des lois qui ne pourront à l’avenir être amendées ou révoquées qu’à la majorité des deux tiers. Si c’est un des reproches faits à la Hongrie dans le « rapport Tavares » adopté début juillet par le Parlement européen (voir l’article), les premiers signes du redressement économique et même démographique sont déjà au rendez-vous. Les traités européens ne permettent de toute façon pas à l’Union européenne d’imposer aux États membres leur politique fiscale et familiale ni de leur dire quelles sont les lois qui nécessitent une majorité simple et quelles sont celles qui requièrent une majorité qualifiée des deux tiers. Les gesticulations d’eurodéputés qui cherchent à se rendre intéressants aux yeux de leurs électeurs et celles de commissaires européens qui se rêvent ministres d’un gouvernement fédéral n’y changeront rien.

À titre de comparaison, en Pologne, autre pays d’Europe centrale dont la transition du communisme à la démocratie et à l’économie de marché s’est faite de manière incomplète et qui fait donc face au même genre de difficultés que la Hongrie, le gouvernement polonais libéral deDonald Tusk, qui a pris récemment un virage libertaire pro-LGBT et fédéraliste vanté par les grands médias et les institutions de l’Union européenne, vient d’annoncer qu’il lui fallait accroître son déficit budgétaire 2013 de plus du tiers, et faire passer ainsi le déficit des finances publics cette année de 3,9% à 4,4% du PIB. Autre comparaison frappante : alors qu’en Pologne c’est désormais l’opposition conservatrice du PiS, dirigée par Jarosław Kaczyński, qui est en tête dans les sondages et que Donald Tusk est de plus en plus impopulaire, en Hongrie les enquêtes d’opinion donnent toujours au Fidesz une large avance sur tous les partis d’opposition. Le parti conservateur PiS se met même à croire à une majorité absolue au parlement polonais après les prochaines élections, ce qui n’est pas évident dans un pays où les élections législatives se font à la proportionnelle et où aucun parti n’a jamais obtenu la majorité absolue depuis la chute du communisme en 1990. Une telle majorité permettrait au PiS polonais de suivre la voie des réformes politiques et économiques engagées par le Fidesz hongrois. Et aussi d’enrager encore plus la gauche européenne post-soixante-huitarde (à l’Ouest) et post-communiste (à l’Est) et ses alliés.


GRECE – Athènes : l’Aube Dorée organise une gigantesque distribution de nourriture

Depuis plusieurs années, la Grèce fait régulièrement l’actualité pour la grave crise économique qu’elle traverse et qui s’est accompagnée de l’émergence extrêmement rapide d’un parti ultranationaliste grec ayant défrayé la chronique ces derniers mois : l’Aube Dorée.

Depuis que l’Aube Dorée est entrée au Parlement il y a un peu plus d’un an, elle utilise une grande partie de ses ressources (financements publics, émoluments des élus) pour l’achat et la distribution gratuite de nourriture destinée à la population grecque (avec vérification de l’identité des personnes, afin de ne distribuer de la nourriture qu’aux Grecs ). Mercredi 24 juillet 2013, une distribution d’une ampleur encore jamais vue a eu lieu à Athènes, avec près de 10 000 personnes.

Athènes : l’Aube Dorée organise une gigantesque distribution de nourriture

Athènes : l’Aube Dorée organise une gigantesque distribution de nourriture

Athènes : l’Aube Dorée organise une gigantesque distribution de nourriture

La classe politique grecque a unanimement condamné ces distributions de nourriture en raison de leur caractère « discriminatoire ».

Ces derniers mois, l’Aube Dorée a également organisé un système de milices : toute personne menacée par l’insécurité peut faire appel à elle pour être défendue (notamment les commerçants). En effet, de nombreux migrants clandestins sont arrivés en Grèce ces dernières années en raison de son appartenance à l’Union européenne et à l’espace Schengen (et de la porosité de ses frontières) mais ont tendance à y rester bloqués car la Grèce ne dispose pas de frontière terrestre commune avec d’autres États de l’espace Schengen – la Bulgarie et la Roumanie n’en font pas encore partie.

Le député de l’Aube Dorée Ilias Panagiotaros a récemment déclaré à la télévision australienne que l’Aube Dorée ambitionnait de devenir pour la Grèce ce qu’est le Hezbollah pour le Liban.

Par ses actions spectaculaires et radicales qui viennent en aide à une population en situation d’extrême détresse, l’Aube Dorée – longtemps restée groupusculaire – a acquis une popularité considérable auprès de l’électorat grec : les derniers sondages la placent officiellement en troisième position des intentions de vote, avec 14,5% des voix.

Athènes : l’Aube Dorée organise une gigantesque distribution de nourriture

Sans une sortie de crise rapide, il sera difficile pour les autorités politiques grecques d’enrayer sa popularité croissante.

(Source: ndf.fr)