Mouvement nationaliste genevois

Interview de Philippe G. Brennenstuhl, président du Parti Nationaliste Suisse

Image

Nous vous présentons l’interview que nous avons réalisée avec PHILIPPE G. BRENNENSTUHL – PRÉSIDENT VAUD ET ROMANDIE DU PNS – Parti Nationaliste Suisse. LE PNS a tenu sa première réunion sous sa forme renouvelée le 28 septembre 2013, avec une quarantaine de participants. 

Boris Castel : Monsieur le Président, en quoi le PNS est-il renouvelé ? Quels sont les liens avec le PSN (Parti des Suisses Nationalistes, plus connu dans son abréviation alémanique PNOS) ? Le PNS est-il la nouvelle vitrine présentable du PNOS ?

Philippe Brennenstuhl : Le PNS a été fondé en 2011 en prolongation du PNOS fondé lui en 2000 par Bernard Schaub et moi-même suite à une discussion philosophique sur le futur de la Suisse. Bernard voulait créer une bibliothèque sur l’histoire du Nationalisme Suisse, je lui ai alors proposé de fédérer plutôt les cellules Nationalistes et de fonder un parti. La réunion de Egerkingen ou tout ce que l’on connaissait de la Suisse Patriotique fut présente eu lieu et le parti démarra. Le nom Partei National Orientierter Schweiz et le O furent rajoutés parce qu’un espagnol d’origine avait pris le nom de PNS et avait eu maille à partir avec la police. Pour nous Romands, le problème ne s’est pas posé.

Le PNS, pour des raisons de stratégie et de recherche du moment idéal ne s’est ouvert aux membres qu’au samedi 28 septembre. Maintenant que c’est chose faite nous voyons que cela répond visiblement, (au vu des inscriptions) à un besoin idéologique réel dans la population, excédée par la situation en général et la compromission du système politique en particulier ! Premièrement le PNS est totalement indépendant du PNOS suisse-allemand, son infrastructure, son financement, et ses responsables. Pour le moment je suis le seul maître à bord et j’entends donner un fil conducteur idéologique ferme à la nouvelle génération, due à mon expérience sur tous les continents chauds de la planète et à mon approche de personnalités historiques de la politique musulmane, juive et financière, du vécu, et non pas du virtuel intellectuel !

Je ne comprends pas la question ou la remarque concernant le PNOS sur son côté « présentable « ? Le PNOS dit tout haut ce que le peuple pense tout bas, il le dit sans complexe et avec l’énergie de la jeunesse, c’est à dire sans frilosité ou sans arrière-pensées matérielles comme les autres partis en place.

BC : Pourquoi avoir choisi la terminologie « nationaliste » et non « national » ?

PB : Le PNS à vocation de défendre la Patrie, notion spirituelle de la Nation, qui en est une notion matérielle, qui se matérialise par un territoire ancestral délimité et éternel. A partir de là, tout ce qui peut porter atteinte à nos frontières ou à l’intégrité et à l’indépendance de notre pays doit être combattu. Cela vaut aussi pour les menaces intérieures qui sont devenues multiples depuis la « mondialisation », notion de destruction massive des patries par l’internationalisme libéral. Donc le terme nationaliste montre une idéologie de conservation de notre pays, de ses valeurs donc de son peuple !

BC : Le mot « nationaliste » n’est-il pas trop négativement connoté d’un point de vue historique ? La confusion avec les dérives impérialistes du 19e siècle et nazies du 20e siècle n’est-elle pas inévitable aux yeux du public ? 

PB : Ceux qui critiquent le terme Nationaliste sont les mêmes que ceux qui sont partie prenante avec le mondialisme apatride. Ce qui s’est passé au 19ème ou 20ème siècle nous est rabâché aujourd’hui pour nous empêcher de revendiquer nos Patries et nos particularismes ethniques et autres traditions afin de nous forcer à accepter l’inacceptable, c’est à dire la disparition de notre pays !

BC : Quels sont les objectifs stratégiques du PNS ? Se présenter à des élections, si oui, à quels niveaux ? Ou demeurer un mouvement de contestation sans concessions ? 

PB :Nous sommes un parti de contestation se présentant sans complexe, le but premier étant de se faire entendre. Le programme de base est explicite et de circonstance !

BC : Comment espérer avoir assez d’adhérents, de sympathisants, d’électeurs, avec l’étiquette « nationaliste » ? N’est-ce pas se tirer une balle dans le pied d’entrée de jeu ? Pourquoi ne pas avoir choisi un nom de parti plus moderne ? 

PB : Le problème de l’électorat est mathématique : sur le plan National, seul 60% votent. Sur le plan cantonal, on pense que seulement 27,2% des inscrits voteront pourles élections genevoises qui arrivent ! Donc on voit qu’il y a un potentiel énorme de personnes à intéresser ou à remotiver d’aller voter et au vu du mécontentement général concernant l’immigration ou les naturalisations massives (40’000 par année, France 100’000 !) on voit que le PNS à une carte à jouer pour se faire entendre !

BC : Pourquoi avoir choisi le drapeau de la Savoie comme logo du PNS ? Quel rapport avec la Suisse ? 

PB : L’ancien drapeau Suisse est celui du PNS, celui d’avant l’actuel, transformé par le Général Dufour après la guerre du Sonderbund en 1847. L’ancien drapeau Suisse avec la croix bord à bord a été tiré de celui de Schwitz, canton fondateur de notre patrie en 1291, alors la Savoie… coïncidence chrétienne. Celui de Savoie se présente à la base de forme rectangulaire ou blason avec les branches plus fines, la forme carrée prise aux Suisse n’est le fait que de quelques communes savoyardes.

BC : Venons-en maintenant au plus important : le programme du PNS. Pouvez-vous nous le décrire dans ses principales orientations ?

PB : Le PNS est le seul parti patriotique de Suisse actuellement, avec le PNOS pour la Suisse Allemande, bien entendu. Nos positions sont claires, immigration 0% à l’admission, dix ans de moratoire renouvelable. Réfugiés 0% à l’admission. Naturalisations 0% et pour ces deux derniers dix ans de moratoire ! Sécurité sociale pour tous les Suisses, payée en partie par la BNS et pour les étrangers : caisse privée ! Le programme est plus fourni sur le FB du PNS ou sur notre site PNS.

BC : En matière d’écologie, quelle est la position du PNS sur les points suivants : surpopulation, énergie nucléaire, énergies fossiles, énergies renouvelables, CO2 et réchauffement climatique, OGM et Monsanto, pesticides, défense du monde animal et tabagisme. 

PB : En 2011 le PNS à été le premier à donner les chiffres de la catastrophe démographique (voire sur le site PNS les chiffres). Tout le monde est venu après avec son discours larmoyant. Nous, nous optons pour le 0% d’immigration, sans distinctions de race ou de religion. C’est 0% à l’admission et un moratoire de dix ans renouvelable. Comment accepter 550 personnes au km² sur 38% de notre sol habitable. La France, elle, c’est 97 personnes au km², n’oublions pas qu’en 1900 la Suisse ne comptait que 3 millions d’habitants et aujourd’hui presque 9 millions ! Où est la limite ? Qui va la donner ? Si la croissance ne fonctionne pas avec 9 millions, elle fonctionne à combien ? Non, le PNS dit non, stop à cette course mortelle pour les peuples et les Patries !

Bien sur le PNS est a l’écoute du problème du nucléaire et il semblerait que de nouvelles énergies comme la fusion froide qui règlerait le problème du nucléaire et de ses déchets sont en train d’apparaître, le retard est dû au revenu des énergies fossiles polluantes mais pas à celui du tiroir caisse des États qui ont budgété le développement de leurs infrastructures seulement avec cet apport et ne sont pas près de le lâcher. Les voitures électriques roulent propres mais chargent salés. Elles n’ont donc pas d’avenir, l’hydrogène pour le fabriquer, c’est avec du pétrole ou du méthane, donc deux polluants ! Avec la politique du PNS et son 0% d’immigration à l’admission et ce sur 10 ans, on devrait baisser la population de 1 millions et percevoir un léger mieux concernant l’énergie, la pollution et la qualité de vie en général ! Ceux qui veulent gloser sur ce programme n’ont rien d’autre à proposer au peuple que des restrictions, de la violence endémique, un Etat policier et des taxes sur taxes pour compenser l’usure d’infrastructures routières, hospitalières et sociales dépassées et usées et dans plusieurs cas, pas encore payées ou amorties ! Le PNS dit non, stop !

Interdiction naturellement des OGM et aide massive à notre agriculture de qualité et de proximité, surtaxe aux grandes surfaces à l’importation de produits du sud de l’Europe et Maghreb sulfatés aux insecticides et vendus à des prix surfaits au détriment de notre agriculture qui bétonne ses terres à cause de la demande immobilière, donc de l’immigration !

Je me méfie de la politisation de l’écologie, on voit que les forêts depuis 1983 ont gagné en surface, alors que l’on nous a trompé sur le bostryche et la pseudo-mort des forêts. Ils ont pris ce prétexte pour limiter la vitesse sur nos routes et autoroutes, ce fut une escroquerie intellectuelle crasse de la part de l’Etat et de ses « experts » corrompus. Comment leur faire confiance aujourd’hui ? Concernant le CO2, il est évident que la surpopulation et l’immigration exponentielle contribuent au phénomène de pollution, d’ailleurs il faudra que le parti des Verts s’explique une fois pour toute sur sa promotion de l’immigration et de sa pseudo-lutte contre la pollution, cynisme marxiste pur ! La lutte contre le CO2 ne pourra se faire qu’en limitant la population à une masse critique pour la Suisse à six millions d’habitants sur les 38 % de notre surface habitable. Nous n’avons pas besoin d’éoliennes, de centrales nucléaires futures et des solutions techniques pour les véhicules pour diminuer la pollution. On sent déjà des progrès sensibles dans ce domaine, malheureusement ces progrès sont annihilés par l’immigration sauvage et surnuméraire ! La religion de la croissance brisant tous les efforts sur l’hôtel de la consommation, carburant de ce système devenu sans contrôle !

Concernant le monde animal, le PNS est pour une norme pénale contre la maltraitance des animaux, contre la vivisection et pour l’application totale de la loi interdisant l’abattage rituel ainsi que sa manière détournée d’en importer de France (1000 tonnes/année pour les juifs et les musulmans). 

Le tabagisme interdit dans les endroits publics est une bonne chose. Mais cela doit s’arrêter là. 

BC : Quels sont les différences entre le PNS et les Démocrates Suisses (DS), ancienne Action Nationale ? Pourquoi ne pas créer un seul grand parti de la droite des valeurs à tendance écologique, avec tous les petits mouvements correspondants, en débauchant aussi les meilleurs éléments de l’UDC et du MCG ? Des problèmes de personnalités, d’idées, de disparités cantonales et linguistiques ? L’impossibilité de mettre un peu d’eau dans son vin ?

PB : Les différences sont évidentes. Les Démocrates suisses sont en perdition en Suisse romande par manque de vision et de renouvèlement, le MCVD n’existe pratiquement plus et le MCG n’a pas de vocation nationaliste et n’a jamais donné de discours dans ce sens. Heureusement, au vu des personnalités, c’eût été grotesque (rires) ! Le PNS à déjà des ex-Démocrates et UDC dans ses rangs et cette récupération va se poursuivre ces prochains temps ! La compromission de ces partis a déçu bon nombres de ses membres.
Le Nationalisme va de plus en plus être à la une du calendrier politique. Etre membre du PNS, c’est déjà une assurance de n’avoir aucune responsabilité sur les compromissions des autres partis qui ont tous un fil à la patte du mondialisme qui prétérit notre avenir sans vergogne. C’est aussi la possibilité de s’exprimer contre l’immigration, l’islam ou tous autres sujets de société que l’on veut éviter ; les médias en bons chiens de garde du système veillent !

BC : Que pensez-vous des chambres à gaz et des thèses dites révisionnistes ?

PB : Le révisionnisme est une méthode et non une idéologie. Ceci dit il y a une loi qui empêche de traiter le sujet, et tant que le citoyen Suisse n’a pas accès librement dans les librairies publiques, comme d’ailleurs la Constitution le lui permet, a la liberté de s’informer et tant que ce tabou n’est pas levé, il est vain d’en discuter !

BC : Le PNS est-il un parti raciste, xénophobe, antisémite, islamophobe et intolérant ?

PB : Le PNS est dans l’Ordre naturel, sur sa vieille terre helvétique. Comment pourrait-il être raciste ? Le raciste, c’est celui qui va chez les autres imposer sa culture et sa religion et qui use de violence pour s’imposer vis-à-vis des autochtones ! Et c’est ce que le peuple vit actuellement avec l’immigration ! Et les adjectifs qui font partie de la question sont utilisés pour museler le bon peuple qui ne veut pas perdre son identité et qui réagit pour ne pas la perdre ! Et s’il ne s’oppose à l’invasion de son pays il perd tout !

BC : Comment le PNS se positionne-t-il par rapport à la laïcité et aux religions ? 

PB : Concernant la religion, le PNS est clair. Il ne rentre pas dans l’âme des personnes. Par contre si une religion s’oppose, comme le fait l’islam, à notre évolution, à nos traditions, à notre habillement, à notre nourriture, où à notre ordre judiciaire par l’intermédiaire de l’ordre divin du Coran, il est alors évident que cette religion n’est ni praticable, ni acceptable en Suisse.

BC : En matière de grande criminalité, le PNS ne tend-il pas à confondre Portugais de souche européenne et Cap-Verdiens affublés de la nationalité portugaise ? Cette confusion est-elle intentionnelle ou est-elle résorbée ?

PB : Concernant la criminalité, les chiffres sont les chiffres, l’office fédéral des statistiques les donne et personne ne les lit. Les Portugais en Suisse sont passé devant les ex-Yougoslaves en matière de criminalité et étaient déjà en tête des viols dans notre pays, sans parler des accidents de la route et autres rodéos routiers ! Nous devrions d’ailleurs, nous Suisses, introduire à l’immigration l’instauration de la nouvelle norme pénale débile Via Secura. Ce n’est pas à nous Suisses de trier les « bons » Portugais des autres. Le Portugal donne des passeports à ses anciens colonisés, il en porte donc l’entière responsabilité. Il est à noter que la surreprésentation actuelle du Portugal dans l’immigration est inquiétante au vu de ce qui précède et cela doit aussi être stoppé immédiatement ! Notre pays n’a pas vocation à résorber le chômage des autres nations, je parle d’habitude de poubelle de l’Europe en désignant cet état de fait !

BC : Question plus personnelle : quelles sont les goûts de Philippe Brennenstuhl en matière de lecture, de musique et de cinéma ? 

PB : La lecture chez moi se réduit aux livres biographiques ou autobiographiques et bien sur historiques. Question musique je suis éclectique, musique contemporaine, le classique avec une sensibilité pour la musique baroque et une nostalgie pour le hard-rock, Led Zeppelin en première place ! Aimant les sports motorisés et ayant fait courir en motos, voitures, F3 et voltige aérienne, j’ai aimé des films comme Le Mans, Rush, l’esthétisme aérien de Top Gun, et les films de science fiction comme Blade Runner, Star Wars, Avatar, mais comme pour la musique je suis éclectique…

BC : Quelles sont les autres passions de Philippe Brennenstuhl ?

PB : Mon rôle de coach mental et technique, team et pilotes dans les courses de voitures !

BC : Pensez-vous que dans un futur lointain, l’humanité va commencer à coloniser le cosmos ? Si oui, est-ce un bien ou un mal selon vous ?

PB : C’est inévitable, la colonisation de l’espace. Ce sera l’enjeu du futur avec les mêmes antagonismes que sur Terre et les mêmes batailles ainsi que les perpétuels mécanismes humains de prédateur éternel !

Image

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s