Mouvement nationaliste genevois

Articles tagués “Insécurité

Genève, ville la plus cambriolée d’Europe

En Suisse, un cambriolage est commis toutes les neuf minutes.

topelement

Criminalité –  Selon le site comparateur  Comparis, un bon tiers des sinistres déclarés à l’assurance responsabilité civile et ménage sont attribués à des voleurs et des cambrioleurs.

L’analyse de Comparis repose sur 2400 comparatifs de primes d’assurance ménage effectués depuis le début de l’année. «Dans un cas sur deux, le cambrioleur laisse plus de 4000 francs de dégâts derrière lui, contre 3500 il y a deux ans», relève le porte-parole Felix Schneuwly. En plus de la valeur des objets volés, le coût comprend aussi la réparation des serrures ou des fenêtres.

Si les vols et les cambriolages constituent 39% des sinistres, ceux commis avec violence représentent 2% des cas. «Tant le vol de meubles de jardin que celui d’un coffret à bijoux dans la chambre à coucher sont considérés par les assureurs comme des vols simples, pour autant que le cambrioleur n’a forcé aucune serrure et n’a brisé aucune fenêtre», précise Comparis.

Les vols simples se placent avant les dommages matériels, le bris de glace et les dégâts causés par le locataire sans qu’il y ait eu acte criminel. Ils constituent non seulement la cause la plus fréquente des dommages couverts par l’assurance ménage, mais la tendance à la hausse est confirmée par les assureurs. Genève et Vaud sont en tête de classement, les villes étant plus touchées que les villages. Des assureurs comme Generali et Helvetia précisent toutefois que les cambriolages sont particulièrement nombreux le long des principaux axes routiers. L’an dernier, les vols par effraction ont augmenté de 15,9% pour atteindre 61 128 cas. Selon les statistiques policières, seul un cas sur huit est élucidé. Mais à ce chiffre s’ajoutent 12 586 cambriolages avec introduction par une porte ou une fenêtre ouverte, qualifiés par la police de «vols par introduction clandestine». «La prochaine vague de cambriolages est attendue pour les mois d’été et leurs départs en vacances, une période très appréciée des voleurs», précise Felix Schneuwly.

18653732

Selon les statistiques de l’Union européenne, un logement se fait dévaliser toutes les huit minutes en Suisse. C’est le record du continent.

Le mythe d’une Suisse havre de sécurité est en train de s’effondrer. Le pays est devenu le champion européen pour le nombre de cambriolages au prorata de sa population, selon Schweiz am Sonntag qui cite les statistiques de l’Union européenne. Toutes les huit minutes, une maison ou un appartement y est dévalisé. Les 73 714 cambriolages d’appartements et de maisons familiales signalés l’année dernière, soit 16% de plus qu’en 2011, signifient qu’il y en a eu 932 pour chaque tranche de 100 000 habitants.

Le Danemark en enregistre 805 pour 100 000 habitants, la Grèce un peu plus de 700 et la Belgique environ 600. Mais toutes les autres nations sont au-dessous de 450, soit même pas la moitié de ce que connaît la Suisse.

Un îlot de richesse

Les experts ne s’en étonnent toutefois pas. «Notre pays est un îlot de richesse», nous explique Carlo Sommaruga (PS/GE), membre de la Commission des affaires juridiques du Conseil national. Et de plus, il y est particulièrement facile de dévaliser un logement, puisqu’un voleur met moins de 30 secondes en moyenne pour forcer une porte. Une réalité qui «attire les voleurs comme le miel», déclare dans les colonnes du journal dominical Stefan Blättler, président de la Commission suisse de la criminalité (CSC) et commandant de la police cantonale bernoise.

«Pour les bandes internationales, le Suisse est également une cible attrayante en raison du laxisme de sa législation, ajoute le criminologue zurichois Martin Killias. Dans aucun autre pays, les cambrioleurs sont aussi rarement condamnés à des peines de prison ferme.» Afin de refroidir les ardeurs de ces voleurs, il serait bon de «renforcer notre législation en infligeant des arrêts préventifs aux personnes soupçonnées de plusieurs cambriolages ou en réintroduisant des peines de courte durée», plaide le chef de la police bernoise.

Engager plus de policiers

Carlo Sommaruga n’est pas du même avis. «Nos prisons ne font pas peur à ce genre de délinquants. Certains y ont une vie plus confortable que s’ils étaient en liberté dans leur pays d’origine. Il faut donc agir de manière préventive en renforçant les effectifs de la police et en encourageant les habitants à mieux protéger leurs biens.» Il est vrai que les Suisses n’ont pas l’habitude de se barricader derrière des portes blindées.

(Source: lematin.ch/ article du 30.04.13  et 01.04.13)

Publicités

Requérants ouest-africains: «Neuf sur dix dealent»

nigerians-448x293

En marge d’un coup de filet dans le milieu de la drogue, les forces de l’ordre neuchâteloises dénoncent une réalité politiquement explosive.

«Presque 90% des demandeurs d’asile originaires de l’Afrique de l’Ouest hébergés par le canton s’adonnent au trafic de cocaïne.» Le chiffre est édifiant, mais officiel. Le Ministère public et la police neuchâteloise l’ont lancé mercredi en présentant les résultats de leur opération antideal menée durant le mois de mai (lire encadré).

La mainmise des Nigérians sur le marché

«La grande majorité des personnes interpellées sont des Nigérians», a expliqué le procureur Nicolas Feuz. Un rapide calcul par rapport à cette population de requérants, et le constat est sans appel. «Qu’on arrête de nous dire que seule une petite partie des requérants ouest-africains pose problème et fait de l’ombre aux autres, c’est tout simplement faux», martèle-t-il.

Des solutions restent à trouver

Jean-Nathanaël Karakash reconnaît l’ampleur du problème. Mais le chef du Département de l’économie, dont dépend l’asile, ne s’alarme pas pour autant. «Nous devons multiplier les efforts, surtout les contrôles dans les centres d’accueil. Mais très complexe, la problématique dépasse le cadre de nos compétences. Et les places dans les prisons sont rares.»

(Source:20min.ch)